Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La délégation d’autorité parentale et le couple homoparental.

La délégation d’autorité parentale et le couple homoparental.

Le 12 août 2010
La Cour de cassation vient de rendre un arrêt important en la matière, arrêt 703 du 8 juillet 2010, qui semble accroitre les exigences d'obtention d'une délégation d'autorité parentale.
L'article 377 du code civil dans son alinéa premier dispose que « Les père et mère, ensembles ou séparément, peuvent, lorsque les circonstances l'exigent, saisir le juge en vue de voir déléguer tout ou partie de l'exercice de leur autorité parentale à un tiers, membre de la famille, proche digne de confiance, établissement agréé pour le recueil des enfants ou service départemental de l'aide sociale à l'enfance. »
La délégation d'autorité parentale, selon qu'elle est totale ou partielle, a pour effet soit de transférer totalement l'autorité parentale sur un enfant du ou des parents à un tiers, soit de la transférer seulement en partie de sorte qu'elle sera exercée conjointement par les délégants et le délégataire. 
L'avantage est de permettre à une tierce personne d'accomplir seul les actes usuels de l'autorité parentale relatifs à la personne de l'enfant. Il sera présumé agir avec l'accord des autres ou de l'autre détenteur de l'autorité parentale. 

Le 8 juillet 2010 la première chambre civile de la Cour de cassation a rendu un arrêt qui semble préfigurer un revirement de jurisprudence (arrêt 703 du 8 juillet 2010 (09-12.623). 
Au visa de l'article 377 al 1 du code civil la Cour précise que « si l'article 377, alinéa premier, du code civil ne s'oppose pas à ce qu'une mère, seule titulaire de l'autorité parentale en délègue tout ou partie de l'exercice à la femme avec laquelle elle vit en union stable et continue, c'est à la condition que les circonstances l'exigent et que la mesure soit conforme à l'intérêt supérieur de l'enfant... » 
La Cour de cassation rejette en conséquence le pourvoi formé à l'encontre d'un arrêt de la Cour d'appel de Douai du 11 décembre 2008 qui rejetait la demande de délégation d'autorité parentale au motif que n'était pas rapportée la preuve de circonstances particulières qui imposeraient une délégation d'autorité parentale. 
Il s'agit en l'espèce de deux femmes ayant chacune de leur côté un enfant reconnue par elle mais sans filiation paternelle établie, qui vivent une vie de couple stable et continue depuis 1989 et qui ont conclu un pacte civil de solidarité le 21 mai 2002. Les enfants sont parfaitement épanouis et intégrés dans leur vie de couple. Elles ont déposé une requête conjointe sollicitant une délégation d'autorité parentale réciproque. Un jugement de 2007 a accueilli leur demande mais la Cour d'appel de Douai a infirmé le jugement qui lui avait été déféré par le Parquet.
La Cour de cassation a donc rejeté le pourvoi formé à l'encontre de cet arrêt. 
L'un des arguments utilisés à l'appui de leur demande était que si l'une d'elles venait à être victime d'un accident, étant astreinte à de longs déplacements professionnels, l'autre risquait de se retrouver juridiquement empêchée de tenir le rôle éducatif qu'elle tient au quotidien depuis toujours auprès des enfants. 
La Cour de cassation rejette cette argumentation au motif que le risque d'accident est purement hypothétique et semblable à celui auquel se trouve confronté tout parent exerçant seul l'autorité parental, alors que les déplacements professionnels qu'elles invoquent ne sont qu'exceptionnels. Ne rencontrant pas de difficultés particulières dans la vie quotidienne, les requérantes ne démontrent pas « en quoi l'intérêt supérieur des enfants exigeait que l'autorité parentale soit partagée entre elles et permettrait aux enfants d'avoir de meilleurs conditions de vie ou une meilleure protection quand les attestations établissaient que les enfants étaient épanouis ». 
La Cour de cassation exige donc la démonstration de circonstances particulières établissant la nécessité de la délégation d'autorité parentale, l'absence de filiation paternelle établie ainsi que la stabilité de l'union  ne suffisant plus à démontrer cette nécessité.  

La Cour semble plus exigeante qu'en 2006 puisque elle avait alors rendu un arrêt, Arrêt 652 du 24 février 2006 dans lequel elle admettait le principe de la délégation d'autorité parentale dans le cadre d'un couple homoparental connaissant une union stable et continue par un attendu de principe important :
« Mais attendu que l'article 377, alinéa premier, du code civil ne s'oppose pas à ce qu'une mère seule titulaire de l'autorité parentale en délègue tout ou partie de l'exercice à la femme avec qui elle vit, en union stable et continue, dès lors que les circonstances l'exigent et que la mesure est conforme à l'intérêt de l'enfant ; »
La cour relève que les enfants sont épanouis, parfaitement intégrés dans la vie de couple, que la relation des requérantes est stable et harmonieuse et fondée sur un respect de leur rôle auprès des enfants. Elle relève également que l'absence de filiation paternelle établie peut laisser craindre, en cas d'évènement accidentel privant la mère, astreinte à de longs trajets professionnels, de la possibilité d'exprimer sa volonté, que Mme Y soit dans l'incapacité juridique de tenir le rôle éducatif qu'elle avait toujours eu auprès des enfants.
De ces constatations la Cour de cassation déduit que c'est à bon droit que la Cour d'appel a pu décider que la délégation d'autorité parentale sollicitée est conforme à l'intérêt des enfants. 

Il semble donc que la Cour de cassation soit devenue plus stricte et impose la démonstration de circonstances particulières, outre l'absence de filiation paternelle établie, l'aspect stable et continue de l'union, l'épanouissement des enfants et le rôle éducatif joué par les requérantes au quotidien auprès d'eux. En l'espèce il semble que le risque d'accident était évoqué, mais les déplacements professionnels restant exceptionnels, la Cour de Cassation a estimé que le risque trop hypothétique est insuffisant à caractériser la nécessité de la mesure. 
Il semble également que le fait que les requérantes ne rencontrent aucune difficulté au quotidien pour assumer leur rôle auprès des enfants fut un argument de plus qui a conduit la Cour à estimer que la nécessité de la mesure n'est pas démontrée.
Etablir l'existence de ce type de difficultés pourrait-il suffire à emporter une décision favorable ? 
Nul doute qu'il convient d'attendre d'autres arrêts en la matière afin que la Cour de cassation puisse affiner sa jurisprudence.
Affaire à suivre... 
Réparation préjudice corporel

Réparation préjudice corporel

Votre avocat de Salon-de-Provence intervient pour la réparation de préjudice corporel. Si vous êtes victime d'un accident de la route ou d'un accident médical, Maître Mireille Godard vous apporte son soutient. Votre avocat vous défend et vous accompagne afin de faire valoir vos droits en cas de préjudice corporel. ...

Voir la réparation d'un préjudice corporel

Droit de la famille

Droit de la famille

Les procédures en droit de la famille peuvent s'avérer complexes et douloureuses. Votre avocat en droit de la famille vous reçoit à Salon-de-Provence pour vous conseiller et vous accompagner. La représentation par un avocat est rendue obligatoire lors de nombreuses procédures en droit de la famille, notamment lorsqu'il est question de divorce ou de la séparation de corps.

Voir le droit de la famille

Mentions légales t